Menu principal

Un amour de ver de terreUn amour de ver de terre

Le printemps redonne vie à toute la nature !
Les vers de terre se cherchent et les corps se frôlent avant l’accouplement.  Peut-être que ces préliminaires apaisent l’ardeur des partenaires. La position idéale se dessine, les organes enflés se touchent, puis se joignent dans une étreinte interminable à l’abri des regards sous le tapis de feuilles.

Un amour de ver de terreA la fin de l’hiver, les bourgeons en dormance s’éveillent, les couleurs vives des arbustes et arbres fruitiers ponctuent le paysage. La remontée de la température et l'allongement du jour sont autant de déclencheurs pour le monde animal. Le réveil des animaux et des insectes ajoute des notes musicales au bruit ambiant.

Pour la célébration du printemps, le ver de terre sort de sa léthargie et quitte la tiédeur de son gite. Il s’active en surface et ne tarde pas à s’accoupler. Le printemps annonce aussi une période de danger, le hérisson et la taupe sont les prédateurs naturels du ver de terre. Après l’hibernation, le hérisson amaigri parcourt son territoire à la recherche de ses proies favorites. Son ouïe et son odorat s’activent sans relâche pour détecter un ver. Contrairement au hérisson, la taupe demeure active tout l’hiver. Elle vit plus en profondeur l’hiver et remonte proche de la surface pour mettre au monde ses petits qui seront autant de bouches à nourrir après l’allaitement.
Le cycle naturel de la vie se poursuit, propre à chaque organisme, naitre, vivre et mourir…

 

Autres articles en relation avec ce sujet

FacebookTwitter